Tableau
Graphique
Informations
Coût de production du lait de brebis par système de production

Cette estimation pour la campagne 2014 du coût de production, exprimé en euros pour 1 000 litres de lait, est réalisée par l’Institut de l’élevage à partir d’informations techniques et comptables recueillies dans le cadre du dispositif Inosys - Réseaux d'élevage par les Chambres d’agriculture et les organismes techniques impliqués dans la filière.

Les 41 exploitations ovines laitières étudiées illustrent la diversité des systèmes présents dans leur bassin.

La plupart d'entre elles sont engagées dans les filières régionales avec signes d'identification de la qualité et de l'origine (SIQO). Les types exploitations répondent aux caractéristiques suivantes :

§     « Livreurs[1], Pyrénées-Atlantiques » : exploitations situées en zone de coteaux et de montagne du Pays Basque et du Béarn. Elevages de brebis de race locale (Manech Tête Noire, Manech Tête Rousse et Basco-béarnaise) produisant du lait destiné à la fabrication de fromages AOP Ossau-Iraty et des agneaux IGP agneaux de lait des Pyrénées.

§     « Livreurs, bassin de Roquefort » : exploitations situées dans la zone sud du Massif Central regroupant des zones herbagères d'altitude et des zones de Causse. Elevages de brebis de race Lacaune produisant du lait destiné à la fabrication de fromages AOP roquefort.

Il est important de signaler que ces élevages présentent généralement une efficience (technique et économique) supérieure à la moyenne.

Cette approche, contrairement à l’approche comptable du RICA, prend en compte une rémunération simulée des facteurs de production autofournis par l’exploitant :

§     pour le travail de l’exploitant, à hauteur de 1,5 SMIC par unité de main-d’œuvre,

§     pour les capitaux personnels, au taux d’intérêt du livret A,

§     pour les terres en propriété, au coût du fermage moyen de l’exploitation ou de la région.

Les céréales produites sur l’exploitation et intraconsommées sont intégrées sur la base de leur coût de production et non d’un prix de cession.

Lors des trois années étudiées, dans les deux bassins de production, le coût de production dépasse le revenu tiré de la vente de lait de brebis. Les produits joints et les aides permettent ensuite de couvrir les charges comptables, mais seulement une partie des charges « supplétives » (travail familial, capital et terres en propriété). Ainsi, pour la plupart des élevages, la rémunération du travail familial permise par la production est inférieure à l’objectif de 1,5 SMIC par unité de main-d’œuvre exploitant ; elle se situe en 2014 autour de 1,3 SMIC dans le bassin de Roquefort et 0,8 SMIC dans les Pyrénées-Atlantiques


[1]              Livreurs de lait, soit non vendeurs directs de fromages fermiers : ce circuit fermier n’est pas appréhendé par l’observatoire, qui suit les circuits de vente aux consommateurs par le commerce de détail, dont principalement GMS.