Tableau
Graphique
Informations
Coût de production du porc
mise à jour : mai 2017 (comptes 2016)

L’analyse de l’IFIP s’appuie sur les résultats d’un modèle de calcul de coût de production prenant en compte :

  • les performances techniques, les prix de vente du porc et les charges alimentaires des élevages naisseurs-engraisseurs suivis en Gestion Technico-Économique (GTE), représentant 46 % du cheptel de truies des élevages naisseurs-engraisseurs français en 2015,
  • les charges de structure d’un échantillon composé du groupe GTE-TB (Tableau de Bord), représentant environ 4 % du cheptel des truies des élevages naisseurs-engraisseurs français, et d’informations complémentaires rendues publiques par les centres comptables et les banques, en particulier en Bretagne.

Cette approche, contrairement à l’approche comptable du RICA, prend en compte :

  • une rémunération pour le travail familial simulée à hauteur de 2 SMIC bruts horaires par unité de main d’œuvre (incluant la partie des cotisations sociales de l’exploitant affectée à l’atelier porcin),
  • une rémunération simulée des capitaux personnels (au taux d’intérêt du livret A).

La part de l’alimentation dans le coût de production total varie, sur la période étudiée, de 59 % à 66 %. Cette proportion est supérieure à celle présentée dans l’analyse du RICA (de 46 % à 51 % sur la même période) car seuls les achats d’aliments sont pris en compte dans le RICA alors que le coût alimentaire présenté dans cette approche prend également en compte les intraconsommations de matières premières produites sur l’exploitation. De plus, dans l’analyse faite sur la base du RICA, la part de l’alimentation est rapportée à l’ensemble des produits des exploitations et non au seul produit porcin.

Il est à noter que le coût alimentaire pris en compte est celui de l’aliment consommé dans la période et non celui de l’aliment consommé par les animaux vendus lors de cette période (les variations des prix des aliments sont donc observées avec un certain décalage).

Le coût de production et le prix du porc à l’élevage varient fortement d’une année à l’autre, ce qui entraîne de fortes variations de rentabilité. En 2016, et pour la première fois depuis 2013, les produits de la vente des porcs dépassent les coûts de production moyens permettant ainsi aux exploitations étudiées, un résultat de 5,8 centimes par kg. Ce résultat est permis par des coûts de production en baisse (liée à la baisse du prix des aliments) de 6,2 centimes/kg entre 2015 et 2016 où ils s’établissent à 1,38 €/kg et par un prix du porc à 1,44 €/kg, en hausse de 4,2 centimes/kg entre 2015 et 2016 ; ce prix reste toutefois en dessous de la moyenne des cinq dernières années (1,52 €/kg).