Recherche


La Lettre de l'OBSERVATOIRE n°4. L’évaluation des coûts et des marges dans les rayons alimentaires de la grande distribution en 2012
Filières : Fruits et légumes, Pain, Pâtes alimentaires, Porc - jambon, Porc frais, Produits de la pêche et de l'aquaculture, Produits laitiers, Viande bovine, Viande ovine, Viande porcine, Volailles - Région : France

La présente note est une synthèse de la partie du rapport 2013 sur les coûts et marges de la grande

distribution en 2012, qui met à jour et complète les travaux précédemment publiés pour la première fois dans le rapport 2012.

Auteur/Source : Philippe BOYER, Amandine HOURT - Date de parution : 01/02/2014 - Date de mise en ligne : 01/02/2014
Editeur : FranceAgriMer - Ouvrage : Article

La Lettre de l'OBSERVATOIRE n°3. Prix et coûts en filières viandes
Filières : Porc - jambon, Porc frais, Viande bovine, Viande porcine, Volailles - Région : France

Avant le rapport annuel de l’observatoire prévu pour

octobre 2013, cette note présente une synthèse des

dernières mises à jour disponibles sur les filières

viande, confrontées à la hausse des prix de

l’alimentation animale.

Les données présentées portent sur jusqu’en mars ou avril 2013, sur les coûts de production dans les élevages jusqu’au début de 2013, sur les coûts dans l’industrie en 2010-2011,  les coûts dans la grande distribution en 2011.

Auteur/Source : Pauline Beck, Philippe Boyer, Fabien Djaout, Myriam Ennifar, Béranger Guyonnet, Amandine Hourt - Date de parution : 01/06/2013 - Date de mise en ligne : 01/06/2013
Editeur : FranceAgriMer - Ouvrage : Article

La Lettre de l'OBSERVATOIRE n°2. "L'Euro alimentaire" que rémunèrent nos dépenses alimentaires ?
Filière : Multi filières - Région : France

Au moyen de calculs réalisés sur les tableaux des entréessorties

de la comptabilité nationale, le montant de la

consommation alimentaire en France est décomposé en

importations, taxes sur les produits et valeurs ajoutées des

différentes branches.

A partir des valeurs ajoutées, est ainsi évalué l’ensemble des

rémunérations (salaires, excédent brut d’exploitation)

induites dans les différentes branches de l’économie

nationale par les dépenses alimentaires ; les importations et

les taxes s’interprétant comme des « rémunérations de

l’étranger et de l’Etat ».

Les résultats font apparaître la part relativement faible de

l’agriculture dans la répartition de la valeur ajoutée induite

par la demande alimentaire, et le poids plus conséquent des

services et du commerce.

Ainsi, sur 100 € de dépenses alimentaires en 2009, la valeur

ajoutée induite dans la branche agricole est de 6,8 €, celles

des services et du commerce, respectivement de 18,5 € et

21,3°€.

Les importations représentent le quart de « l’euro

alimentaire » en 2009, avec 12,4 € pour les importations en

produits alimentaires et 12,6 € pour celles en intrants.

Le poids de chaque branche dans « l’euro alimentaire »

dépend d’une part des coefficients techniques liant les

consommations intermédiaires en produits de cette branche

avec les produits finals et intermédiaires intervenant dans la

production et la distribution de biens alimentaires, et d’autre

part, du taux de valeur ajoutée de la branche.

A cet égard, la baisse des prix agricoles déterminée par les

réformes de la PAC depuis 1992 explique pour une large

part la tendance à la diminution, constatée ici de 1995 à

2009, de la valeur ajoutée induite dans cette branche par la

consommation alimentaire. En 2007 et 2008, les hausses

des matières premières, dont les produits agricoles, ont,

selon les années, des effets différents sur la part de

l’agriculture dans le partage de « l’euro alimentaire » :

favorable à l’agriculture en 2007, le « ciseau des prix » lui

devient défavorable en 2008. Le recul de la valeur ajoutée

agricole dans « l’euro alimentaire » s’accentue en 2009 sous

l’effet d’un nouveau reflux des prix agricoles.

A ces effets « prix » sur la structure de « l’euro alimentaire »

s’ajoutent des évolutions plus structurelles dans la formation

de la valeur de l’alimentation, notamment l’incorporation

croissante de services. Celles-ci s’opèrent non seulement

dans la filière agroalimentaire mais aussi dans l’ensemble

des branches (autres industries, commerce, transport,

services eux-mêmes) dont une partie des produits,

incorporant des services (intérim, publicité, marketing,

services bancaires et d’assurance…), intervient en

consommations intermédiaires à différents niveaux de la

formation de la valeur des biens alimentaires.

Auteur/Source : Jean-Pierre BUTAULT, Philippe BOYER - Date de parution : 01/01/2013 - Date de mise en ligne : 01/01/2013
Editeur : FranceAgriMer - Ouvrage : Article

La Lettre de l'OBSERVATOIRE n°1. Rayons alimentaires de la grande distribution : première approche des coûts et des marges
Filières : Fruits et légumes, Pain, Porc - jambon, Porc frais, Produits de la pêche et de l'aquaculture, Produits laitiers, Viande bovine, Viande ovine, Viande porcine, Volailles - Région : France

Les travaux de l’observatoire de la formation des prix

et des marges sont présentés de façon détaillée sur

son site internet et dans un rapport au Parlement qui

est mis à jour annuellement. La présente note

constitue une synthèse de la partie du rapport 2012

consacrée aux coûts et aux marges de la grande

distribution, travail qui a nécessité la mise en oeuvre

d’une méthode spécifique compte-tenu de la

diversité des modes d’organisation des enseignes.

Auteur/Source : Julie BLANCHOT; Philippe BOYER - Date de parution : 01/11/2012 - Date de mise en ligne : 01/11/2012
Editeur : FranceAgriMer - Ouvrage : Article

Rapport au Parlement 2012. Prix et coûts dans l'agroalimentaire. Nouvelles études : comptes des rayons en GMS, "l'euro alimentaire"
Filières : Fruits et légumes, Porc - jambon, Porc frais, Produits laitiers, Viande bovine, Viande porcine, Volailles, Viande ovine - Région : France

Afin de répondre à la mission générale qui lui a été confiée par l’article L.692-1 du code rural et de la pêche maritime, l’observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires a conçu et développé un dispositif de suivi de la formation de la valeur dans les principales filières des produits alimentaires « frais ».

 

Cette phase de construction préalable du dispositif, initiée fin 2010, est en voie d’achèvement aujourd’hui, avec les premiers résultats d’une enquête originale conduite en 2012 auprès des principales enseignes de la grande distribution et avec leur collaboration.

 

Deux grands types de résutats sont produits par l’observatoire :

- principalement, via une analyse microéconomique sectorielle en termes de « prix, marges et coûts » : la décomposition des prix au détail en valeur de la matière première d’origine agricole et marges brutes (ou éléments de valeur ajoutée) de l’industrie et de la distribution ; approche suivie d’une analyse, sur base comptable, des coûts de production agricoles et industriels et des coûts dans la distribution ;

- en complément, via une analyse macréconomique en terme de « valeurs ajoutées et rémunération des facteurs » : la décomposition de la dépense alimentaire nationale en importations et valeurs ajoutées générées dans les différentes branches de l’économie.

Auteur/Source : Magalie BALLAN (FranceAgriMer), filière volaille ; Julie BLANCHOT (FranceAgriMer), industries agroalimentaires, distribution ; Philippe BOYER (FranceAgriMer), coordination, méthode générale ; Philippe CHALMIN (Université Paris Dauphine, Président) ; Jean- - Date de parution : 01/10/2012 - Date de mise en ligne : 01/10/2012
Editeur : FranceAgriMer - Ouvrage : Rapport
Page précédente Page suivante

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6