Recherche


La Lettre de l'OBSERVATOIRE n° 9. « L’Euro alimentaire » en 2012
Filière : Multi filières - Région : France

En 2012, 100 € de dépenses alimentaires comprennent 18,3 € de produits agricoles, des importations d’aliment de 14,3 € et une valeur de 58,3 € créée en aval de l’agriculture. S’y est ajouté 9,2 € de taxes. En termes de valeurs ajoutées, l’agriculture a reçu 8,2 €, les IAA 13,2 €, les autres industries 3,2 €, le commerce, le transport et les autres services environ 37 €. Les importations totales en aliments et en consommations intermédiaires représentent près de 30 €.

Auteur/Source : Philippe BOYER - Date de parution : 21/01/2016 - Date de mise en ligne : 21/01/2016
Editeur : OFPM - Ouvrage : Article

La Lettre de l'OBSERVATOIRE n° 8. « L’Euro alimentaire » : nouvelles données et tendances
Filière : Multi filières - Région : France

En 2011, 100 € de dépenses alimentaires contiennent une

production agricole de 18,0 €, des importations d’aliments

de 14,4 € et une création de valeur de 58,3 € en aval de

l’agriculture. S’y est ajouté 9,3 € de taxes. En termes de

valeurs ajoutées, l’agriculture a reçu 8,4 €, les IAA 13,2 €,

les autres industries 3,2 €, le commerce, le transport et les

autres services près de 37 €. Les importations totales

(aliments et consommations intermédiaires) représentent

30 €.

 

Auteur/Source : Philippe BOYER - Date de parution : 01/10/2015 - Date de mise en ligne : 01/10/2015
Editeur : FranceAgriMer - Ouvrage : Article

La Lettre de l'OBSERVATOIRE n° 7. L’évaluation des coûts et des marges dans les rayons alimentaires de la grande distribution en 2013
Filières : Fruits et légumes, Pain, Porc - jambon, Porc frais, Produits de la pêche et de l'aquaculture, Produits laitiers, Viande bovine, Viande ovine, Viande porcine, Volailles - Région : France

La marge nette totale des rayons observés était en baisse en

2013 par rapport à 2012, passant de 2,3 € pour 100 € de CA

en 2012 à 1,8 €. Cette baisse s’explique d’une part par la

hausse des coûts d’achat moyens, tous rayons confondus

ainsi que par une augmentation des frais de personnel dédié

(+0,2 € pour 100 € de CA). Les autres charges étaient

stables.

Seules les marges nettes des rayons volailles et fruits et

légumes étaient en hausse en 2013. Le classement des

rayons par ordre décroissant de marge nette pour 100 € de

CA est resté le même qu’en 2012 : charcuterie, volailles,

produits laitiers, fruits et légumes, boucherie, boulangeriepâtisserie,

marée.

Pour finir, soulignons que les rayons étudiés ne représentent

qu’une partie des rayons alimentaires des GMS.

Ces derniers contribuent, en 2013, à environ 67,3% des

ventes au détail des GMS, carburants inclus [INSEE, 2013,

résultats provisoires]. Hors carburants, ils représentent

78,5% du CA des hypermarchés et 90,7% de celui des

supermarchés en 2013 (79,2% et 90,8% en 2014)

[DistriBook, 2014, 2015].

La marge nette (avant répartition de l’impôt sur les sociétés)

sur l’ensemble rayons alimentaires frais étudiés représentait

1,8% du CA en 2013 (2,3% en 2012), soit un taux nettement

supérieur à celui mesuré sur la totalité du secteur des GMS

par l’INSEE en 2012 : 0,9%, mais ce résultat inclut

notamment la vente de carburant, à faible marge.

Auteur/Source : Philippe BOYER, Amandine HOURT - Date de parution : 01/05/2015 - Date de mise en ligne : 01/05/2015
Editeur : FranceAgriMer - Ouvrage : Article

Rapport au Parlement 2015
Filières : Fruits et légumes, Multi filières, Pain, Pâtes alimentaires, Porc - jambon, Porc frais, Produits de la pêche et de l'aquaculture, Produits laitiers, Viande bovine, Viande ovine, Viande porcine, Volailles - Région : France

L’année 2013, dont seul le 1er semestre avait pu être pris en compte dans l’édition précédente du rapport de l’observatoire, a été marquée par la poursuite de la hausse globale des prix agricoles observée depuis 2010, mais à un rythme moins élevé qu’auparavant : +1,5% en 2013, contre +5,9% en 2012 et +12,7% en 2011. Cette hausse avait alors été transmise de façon plus ou moins amortie aux prix à la consommation alimentaire, qui ont poursuivi leur progression : +1,4% en 2013, contre +2,8% en 2012 et +1,7% en 2011.

Après ces années de hausse globale des prix agricoles et alimentaires, l’année 2014 se caractérise par un recul des prix à la production (à l’exception, notamment, du lait de vache et du blé dur), de l’ordre de -5% par rapport à 2013, moyenne masquant des baisses encore plus importantes pour les bovins (-6%) et les porcins (-8%). Un repli global s’observe également en 2014 pour les prix des produits des industries alimentaires qui diminuent en moyenne de près de 2%, et pour les prix à la consommation alimentaire qui baissent en moyenne de 0,7%, première baisse annuelle observée depuis plusieurs années.

Il est important de souligner que cette diminution des prix alimentaires constatée au niveau global en 2014, n’est pas généralisée à tous les produits et n’est pas systématiquement observée en cas de baisse des prix à la production agricole.

Auteur/Source : Julie BARAT (FranceAgriMer), filière fruits et légumes ; Pauline BECK (FranceAgriMer), filière laitière caprine, données sur la consommation ; Philippe BOYER (FranceAgriMer), coordination, méthode générale, « euro alimentaire » ; Jean-Pierre BUTAULT (INRA - Date de parution : 01/04/2015 - Date de mise en ligne : 01/04/2015
Editeur : FranceAgriMer - Ouvrage : Rapport

La Lettre de l'OBSERVATOIRE n°6-1. Eléments statistiques sur les prix des fruits et legumes : Fruits
Filière : Fruits et légumes - Région : France

Les fruits et les légumes sont parfois perçus comme

chers, avec des prix en hausse constante, par les

consommateurs. En amont, les prix à la production,

apparaissent insuffisamment rémunérateurs. Les marges

de la distribution sont ainsi souvent mises en cause.

Ce numéro de la Lettre de l’OBSERVATOIRE apporte des

éléments sur l’évolution des prix des fruits et sur leur

transmission de l’amont vers l’aval.

Après un premier cadrage sur la base des indices

statistiques disponibles, l’analyse s’appuie sur le suivi d’un

« panier » saisonnier de fruits frais français, afin de fournir

une information synthétique sur une grande diversité de

produits.

Le numéro 6 – 2 de la Lettre traite d’un panier saisonnier

de légumes frais.

Auteur/Source : Philippe BOYER, Baptiste MONTANGE - Date de parution : 01/01/2015 - Date de mise en ligne : 01/01/2015
Editeur : FranceAgriMer - Ouvrage : Article
Page précédente Page suivante

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6